Prevzatie ceny v Paríži

Le 2ème Prix m´a été attribué pour mon Essai, catégorie Société-politique. En somme, deux catégories, Prix de commentaire Economie et Prix de commentaire Société-Politique. Le Prix découlant du Salon du Livre politique à l´Assemblée nationale, le 4 février 2012. Lancé par Lire la société (http://www.lirelasociete.com/) en coopération avec les fondations, les journalistes...les centaines de participants, 10 Lauréats, un seul étranger - vive La Slovaquie, vive La France!

Paris_cena_2012_1.jpg

 

Discours prononcé le jeudi 24 mai à 18h00, chez Fimalac, Rue de Lille, 7ème Paris

Mesdames et messieurs,

Qu´il me soit permis dans le premier temps d´exprimer mes vifs remerciements aux organisateurs de ce concours. Ce fut l´un de ces beaux jours du mois de février que j´ai vu cette affiche. Cette affiche du concours qui m´a rappelé Rousseau - étant allé voir son ami Diderot incarcéré - et il a vu l´annonce de l´Académie de Dijon pour le concours. Il y participe et son Essai est connu encore de nos jours. Vous comprendrez mes doutes quand je vous dis que le mien ne sera probablement pas lu quatre siècle plus tard.

Et ce matin, je lis quelque part chez Chateaubriand dans son Génie du Christianisme que le Français - dans tous les temps - réflechissait peu à l´ensemble des choses mais il a curieusement observé les détails. Il y était toujours prompt, sensible, fort. Et cet esprit de nuance m´anime et m´inspire toujours en France.

Dans mon Essai, je me suis employé à démontrer comment la littérature et le politique sont étroitement liées dans votre pays, un ministre sans un ou maints livres passe pour un imbécile. Que dans les pays postcommunistes la politique est davantage liée - au moins dans l´imaginaire - à des impuretés. A ne pas nous le reprocher, l´héritage est différent. En 68´, en Sorbonne, dans mon fief aujourd´hui, vous avez connu le lyrisme sorbonnard et nous, nous avons eu des milliers de chars soviétiques. Et puis quel développement littérature-politique voulez-vous? Si vous étiez dans le parti, vous grimpiez, si sans protestation, peut-être tranquille, si contre, vite écarté, poursuivi! J´y ai également évoqué qu´un étudiant français dispose matériellement au moins deux trois fois plus qu´une âme jeune en Europe centrale et orientale. Puisqu´on a parlé au salon de la morale et de l´éthique, j´ai évoqué qu´on dit souvent chez moi tel homme dans le privé, tel homme dans le public. Impossible d´ordonner de l´eau et de se servir du vin.

Enfin, qu´il me soit permis de saluer ci-présent, l´ancien Ambassadeur de France en Slovaquie, Jacques Faure. Il a tant contribué aux relations franco-slovaques et reste une grande référence de votre diplomatie.

Que je puisse terminer par les mots du cofondateur de l´Etat tchécoslovaque en 1918, peu après avoir été naturalisé Français, Milan Rastislav Štefánik : "je fais honneur à ma patrie et je prouve l´amoir envers la France".

Merci!

Paris_cena_2012_2.jpg

Jury composé de :

Michèle Cotta, journaliste
Olivier Cuny, directeur de Cabinet, Présidence de l'Assemblée nationale
Catherine Ferrant, déléguée générale, Fondation Total
Sylvain Gouz, journaliste indépendant
Eléonore de Lacharrière, déléguée générale, Fondation Culture & Diversité
Elise Longuet, directrice des relations extérieures, Fimalac
Nadia Marik, directrice adjointe, Sciences Po
Luce Perrot, présidente – fondatrice de l'association Lire la Politique
Françoise Seligmann, présidente – fondatrice de la Fondation Seligmann, présidente d'honneur de la Ligue des droits de l'homme, ancienne sénatrice
Antoine de Tarlé, président des éditions Ouest France

 

Le texte intégral de l´Essai ayant obtenu le 2ème prix.

LE CONCOURS DE COMMENTAIRE

GÉNÉRATION + DE POLITIQUE

21ème Journée du livre politique

le samedi 4 février 2012

-----------------------------------------------------------

Mr. Lubomir JANCOK, slovaque, écrivain - doctorant en 1ère année de cotutelle de thèse internationale Sorbonne - Paris IV et Université Comenius de Bratislava, vivant en Slovaquie et quelques mois par an à Paris.

J´ai eu l´honneur de participer pour la première fois à la journée du livre politique. Observant la société française par mes yeux slovaques et „en proie" à mon âme née tchécoslovaque mais devenue slovaque, cette journée a comblé mon esprit.

Premièrement, ladite journée du livre politique confirme ma thèse que la France est un pays politique et de débat d´idées par excellence. La politique est chez vous un domaine d´épanouissement intellectuel contrairement à des pays postcommunistes où elle est liée – au moins dans l´imaginaire - uniquement à des impuretés et à rien de propice. A ne pas le reprocher car notre héritage est différent du vôtre. Le fardeau du destin n´a pas permis jusqu´en 1989 de voir pousser sur notre territoire les Jack Lang ou les Sarkozy, ayant pu apporter à sa personne un style de vie, un savoir-vivre, un marathon aboutissant à des Olympe mérités. Il fallait de notre côté – mieux vaut dire - il suffisait - d´être dans le parti communiste. Si engagé, vous grimpiez, si non engagé, vous restiez tranquille, si engagé contre, écarté très vite. Les dissidents slovaques et tchèques, chassés, poursuivis, vous en diraient davantage. En 68´, le lyrisme sorbonnard était au sommet alors que des milliers de chars de l´Union soviétique se promenaient à Prague et à Bratislava pour qu´en naisse - ce que j´appelle le scepticisme bratislavien ou pragois si l´on veut. Devant mon université est brûlé à vif un étudiant s´étant posé devant le chars. Ce fut pour nous ce que Madame la présidente du jury, Dominique Schnapper appelle le désenchantement. Le vrai désenchantement.

Tout est aligné d´où le manque d´esprit participatif tel que j´admire que les jeunes français - bel héritage. Nous, triste histoire, que le labeur. On apprend en France quelle sauce à mettre avec un crabe et laquelle avec une arraignée de mer. L´étudiant de chez nous n´est pas devenu roi comme chez vous, et l´Etat ne pratique pas - à son égard - l´assistanat permanent. Oh combien, le monde entier envie les étudiants français. Et le système arrive à être généreux même avec les étrangers (comptes bancaires gratuits, aides allocations au logement, aides assos...). En sort logiquement notre jalousie sympatique, sine ira et odio. Votre pays de Marianne, cette Marianne, symbole de la fièrté, est peut-être si féconde qu´elle en donne à tous! Pas de populisme à nos yeux si l´on dit que La France est un pays généreux et – en mots rousseauistes : „le législateur est à tous égards un homme extraordinaire dans l´État" (Chapitre 2.7., Du législateur). Le pouvoir intermédiaire, à savoir vos associations entre les sujets et les législateurs, doit continuer à jouer le rôle d´oeil déontologique afin que les législateurs ne succombent pas aux tentations des intérêts privés.

Deuxièmement, mon admiration va sur le concept „politique-littérature" dont les Français sont vraiment les orfèvres. J´irai même loin en disant qu´un homme politique, un député connu ou un ministre sans un ou maints livres est un vaurien. Il écrit, il s´expose, propose que les citoyens connaissent sa vision du monde. Sans chercher à flatter, la France est le pays le plus culturel au monde. Ceci est – selon mon humble avis – le corrolaire de la pléthore de penseurs dans l´histoire du pays. Rousseau doit avoir le hoquet (on dit en slovaque cette expression pour dire que quelqu´un pense à vous), aujourd´hui lorsqu´on fête 300 ans de son anniversaire. Il fut maudit et interdit de lecture sur le territoire tchécoslovaque (La Tchécoslovaque naît en 1918, le divorce à l´amiable a lieu en 1993) de crainte de voir les mêmes effets qu´a connu la monarchie en France d´où le chant de Gavroche qui hante les esprits.

Enfin Madame Revaux d´Allones et Madame Schnapper ont parlé de la pureté et de l´impureté de la politique comme quoi la vertue de homo politicus devrait être au service social...est-ce peut-être une approche qui est un fruit des dernières décennies, évolutions démocratiques que la France connaît !? A titre personnel, je trouve que les Français sont déjà dépourvus de naïveté qu´on nous – aux pays postcommunistes – inflige/reproche en raison de notre attribution d´angélisme premier à la démocratie. Il y a un fétichisme en France de distinguer le privé (la vie privée d´un homme politique) du public. On dit souvent en Europe centrale, tel homme dans le privé, tel homme dans le public. On ne veut pas - dit un proverbe slovaque – quelqu´un qui vous propose de boire de l´eau alors que lui, il s´offre du vin. Mais là, c´est plus la morale que l´éthique. Nous, ayant la démocratie que depuis 23 ans, on apprend que rien n´est tout blanc ou tout noir.

Toujours est-il que la Journée du livre politique selon mon modeste avis est un joli contrat entre les citoyens et les hommes politiques.

Je certifie sur mon honneur qu´aucune intervention linguistique n´a été effectuée sur ce texte et je m´excuse des fautes de grammaire ayant pu y être commises.

Avec mes salutations très respectueuses.

Lubomir JANCOK

 

Publikoval:

Radio AKTUÁL - naživo

Talk show Zuzany MARTINÁKOVEJ

PARIS SORBONNE - doktorát - Promócie

7h ceremoniál a záverečná párty

jún v TA3 - 2. kolo FR voľby

Politika, ženy, literatúra a školy.

máj - V talk show Lukáša Milana

Viac ako 40 min. Stav krajiny-savoir-vivre-sorbonne

apríl TA3 - voľby prezidenta

V relácii Téma dňa Vladimíra Lichvára. 1.kolo

jan-feb-mar Cannes - St.Tropez

Prvý film - prípravy scenár a produkcia.